image

Des maires français exigent des mesures rapides pour l'hébergement des réfugiés

Des maires français exigent des mesures rapides pour l'hébergement des réfugiés

Mercredi, les maires de plusieurs villes françaises, dont Anne Hidalgo, ont proposé que l’État mette en œuvre une politique commune en faveur de l’accommodation des réfugiés et migrants

Les maires de plusieurs grandes villes françaises, dont Paris, Saint-Denis, Grenoble, Strasbourg, Metz et Nantes, ont exprimé leur volonté de devenir des partenaires dans une politique coordonnée d'intégration des réfugiés. Il devrait être mis en œuvre conjointement avec l'État, en tant que premier responsable de l'hébergement des demandeurs d'asile. À cette fin, ils se sont adressés à plusieurs institutions centrales, telles que le Мinistre de l'Intérieur et du Logement, leur demandant de créer davantage de lieux d'hébergement et d'accueillir des migrants sans condition. C’est-à-dire, sans égard à l’État où la demande de statut de réfugié a été présentée en premier lieu.

La maire de Paris, Anne Hidalgo, a déclaré mercredi 24 avril que les villes étaient déjà submergées et qu’elles ne pouvaient rien faire d’autre, étant donné que l’hébergement des réfugiés est une responsabilité de l’État. Elle a affirmé que la ville travaillait déjà pour l’établissement d'un fonds de dons, afin que les entités privées puissent également jouer leur rôle pour la cause des réfugiés.

 

Les représentants d'associations œuvrant dans le domaine social ont exigé de garantir le respect des droits de l'homme et la création d'un plan national pour l'hébergement des migrants. Ce dernier irait de pair avec la création de 40 000 places supplémentaires pour les réfugiés d’ici la fin du quinquennat.

Newsletter

Zurück

Wachsende Stadt

Alle

Smart City

Alle

Grüne Stadt

Alle

Soziale Stadt

Alle

Neue Europäische Bauhaus

Alle

Interviews

Alle

Neueste