Disponible en: Partager l'article

Afin d’alléger le trafic, le Luxembourg facilite le covoiturage

Découvrez quelles mesures concrètes seront introduites à cet effet
  • lundi 13 mai 2019 09h30
  • Author Aseniya Dimitrova
Medium luxembourg 289120 1280

Le Luxembourg - pays gravement touché par des embouteillages - considère une nouvelle approche visant à réduire le nombre de voitures sur les routes, notamment par le covoiturage. Outre les automobiles massivement occupées par un seul passager, la situation est considérablement aggravée par les navetteurs qui se déplacent des pays voisins à travers et vers le centre-ville de Luxembourg. Ainsi, le 6 mai 2019, le ministre de la Mobilité et des Travaux publics, M. François Bausch, a présenté le projet de covoiturage et le réaménagement de la voie d’arrêt d’urgence de l’autoroute A6, afin que les voitures partagées puissent circuler le long de la bande d’arrêt d’urgence.

Le ministre a précisé qu'aux heures de pointe, au moins 250 000 sièges de voiture inoccupés se déplaçaient vers le centre-ville, l'objectif étant donc de permettre à plus de personnes de circuler, mais en moins de véhicules. Roland Fox, directeur de l'Administration des ponts et chaussées, a expliqué que pour assurer le covoiturage sur la voie d'urgence, il était nécessaire de moduler la vitesse à 90 km par heure et de disposer de la bande d'arrêt d'urgence aux heures de pointe.

Du côté belge, l’adaptation de la bande d’urgence et les travaux de réhabilitation sont en cours entre Arlon et Sterpenich, sur une distance de 11 kilomètres. Au Luxembourg, la ligne de covoiturage aura une distance de 6,5 kilomètres entre la frontière entre Sterpenich et Mamer / Capellen. Les systèmes de surveillance relatifs au covoiturage sont en cours d'évaluation et des adaptations du code de la route sont prévues. Il convient également de noter que neuf zones de refuge seront aménagées (tous les 500 à 1000 mètres) et que l’échangeur de chaleur Steinfort sera réaménagé.

Dès la fin du mois de mai ou le début du mois de juin 2019, une phase de test de la régulation de la vitesse sera réalisée sur l'A6. Cela durera probablement jusqu'aux vacances d'été, la vitesse maximale autorisée pendant les heures de pointe étant donc de 90 km per heure.

Le coût total du projet, qui va débuter en 2021 et devrait durer deux ans, peut atteindre 60 millions d’euros.

Vous aimez l’article ? Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières nouvelles des villes européennes directement dans votre boîte de réception.