Disponible en: Partager l'article

Brigitte Fouré: Il n’y a pas beaucoup de différences entre la Maire et la Mère, soit 16h d’activités par jour

Au sujet de la Journée Internationale des Femmes, on discute avec la Maire d’Amiens le rôle des femmes en politique
  • jeudi 07 mars 2019 11h30
  • Author Aseniya Dimitrova
Medium brigitte four%c3%a9   amiens metropole
Source: Ville d'Amiens

Brigitte Fouré est Maire d’Amiens depuis le 4 avril 2014. Elle étudie le droit à Amiens (Université de Picardie Jules Verne) et obtient le Certificat d’aptitude à la profession d’avocat en 1978. Titulaire d’un DEA de droit privé général (1978) et d’un DEA de théorie et pratique du droit pénal (1979) obtenus à l’université Panthéon-Assas Paris II. Elle devient assistante en droit privé à l’université de Picardie en 1979 avant d’y être nommée maître de conférences.

Le 1er janvier 2007, elle est élevée au rang de Chevalier de la Légion d’honneur par le Président de la République Jacques Chirac.

Elle est également décorée de l’ordre des Palmes académiques, au grade d’officier.

Savoir plus : ici.

Madame Fouré, pensez-vous que la voix des femmes en politique est suffisamment valorisée dans les conversations critiques d’aujourd’hui ?

La femme est penchée depuis la nuit des temps sur les travaux de la cueillette et celui du berceau tandis que l’homme, au contraire s’est accoutumé à être debout pour la chasse et à regarder au loin c’est pourquoi il pense encore aujourd’hui être le seul capable d’avoir une vision. 

C’est ce combat qui reste à mener pour faire valoir nos propres capacités à éclairer l’avenir.

L’homme agit souvent dans une logique de rapport de force pour sortir vainqueur des problèmes qui se présentent à lui. Si l’homme développe plus facilement un vocabulaire guerrier, la voix de la femme met de la douceur, ajoute du bon sens, favorise la négociation et le consensus dans ses prises de parole. Si nous voulons vivre dans une société apaisée, il est nécessaire que la voix de la femme soit encore plus entendue aujourd’hui.

A votre avis, quelle qualité, inhérente uniquement aux femmes, en fait de bonnes gouvernantes ?

C’est la bienveillance envers l’autre, qu’elle puise dans cette conscience singulière qu’elle a de la vie, elle qui la donne et qui la nourrit.

Elle sait où elle sent l’importance de toutes les vies, en particulier celle de la terre nourricière qui souffre aujourd’hui.

Les femmes ne sont pas de meilleures gouvernantes que les hommes. L’histoire de notre pays nous démontre que beaucoup d’hommes et de femmes ont contribué à faire avancer la France dans la voie du progrès social et de la modernité, en se souciant de l’intérêt général.

Cependant, la gouvernance par les femmes accorde une place particulière à la bienveillance, à la solidarité envers les plus faibles, à la douceur de vivre… jusqu’à l’esthétique des espaces publics.  

A quoi ressemble votre journée de travail typique ?

Ma journée de travail ressemble à celle de toutes ces femmes qui, après le travail, font les courses, la cuisine, le ménage et participent aux activités familiales. Il n’y a donc pas beaucoup de différences entre la Maire et la Mère, soit 16h d’activités par jour. 

Découvrir Amiens ici.