Disponible en: Partager l'article

Trois questions aux femmes en politique: Nathalie Appéré, Maire de Rennes

La Maire Française affirme que le sexisme est très présent en politique et que c’est aux femmes de s’engager afin de faire entendre leurs voix
  • vendredi 08 mars 2019 16h30
  • Author Aseniya Dimitrova
Medium nathalie app%c3%a9r%c3%a9 facebook page
Source: Facebook/ Nathalie Appéré

Nathalie Appéré est née en 1975 à Ploemeur. Elle a deux enfants. Elle est diplômée d’un DEA Action Publique et Territoires de l’Institut d’Etudes Politiques de Rennes. Adhérente au Mouvement des Jeunes Socialistes puis au Parti Socialiste en 1995, de 2010 à 2014 elle est Vice-Présidente du Conseil National des Villes, Présidente de l’Agence nationale de l’habitat, députée de la deuxième circonscription d’Ille-et-Vilaine entre 2012 et 2017 et Maire de Rennes depuis 2014.

Pensez-vous que la voix des femmes en politique est suffisamment valorisée dans les conversations critiques d’aujourd’hui ?

En France, plusieurs lois successives ont permis d’instaurer la parité au sein des conseils municipaux, des conseils départementaux et des conseils régionaux. La présence de plus en plus importante de femmes au sein de ces exécutifs locaux a permis de faire entendre progressivement leur voix.

Pourtant, beaucoup de travail reste à faire : il n’y a que 18% de femmes dans les exécutifs, où la parité n’est pas obligatoire, et seulement 16% des maires sont des femmes.

Le sexisme est encore très présent en politique, où beaucoup d’élues sont régulièrement confrontées au machisme. Je crois qu’il appartient désormais aux femmes elles-mêmes de s’engager afin de faire entendre leur voix et de faire sauter ce plafond de verre sous lequel on veut parfois les cantonner.

À votre avis, quelle qualité, inhérente uniquement aux femmes, en fait de bonnes gouvernantes ?

Je ne souhaite pas tomber dans des discours essentialistes. Je ne crois pas qu’il y ait de déterminisme biologique dans la façon de faire de la politique. Les connaissances actuelles, tant dans le domaine des neurosciences que de l’anthropologie, doivent nous permettre de déconstruire de telles représentations. Être une femme ou un homme est secondaire. Ce qui compte avant tout, ce sont le travail et les qualités personnelles.

À quoi ressemble votre journée de travail typique ?

Premiers moments de la journée en famille, avant de me rendre le plus souvent à l’Hôtel de Ville où j’enchaîne toute la journée les réunions et les rencontres sur le terrain. Les soirées sont souvent consacrées à des événements auprès des Rennaises et des Rennais. Les week-ends aussi, même si j’essaie de garder du temps pour mes enfants. Être maire est passionnant, mais c’est aussi une charge importante, un engagement du quotidien. Mais la conciliation de la vie personnelle et professionnelle est une difficulté que rencontrent toutes les femmes, qu’elles soient maires ou non.