Disponible en: Partager l'article

Un marché alternatif soutient les familles nantaises à faibles revenus pendant la pandémie

Il dessert plus de 500 foyers et évite le gaspillage alimentaire

  • samedi 17 octobre 2020 17h00
  • Author Aseniya Dimitrova
Medium marchebell800
Source: Nantes Ville et Métropole

Un marché alternatif opère dans le quartier de Bellevue, à Nantes. Ayant commencé dans les premières semaines de la pandémie, le système fournit de la nourriture à plus de 500 familles déjà. Mais ses fonctions vont bien au-delà de la solidarité : l'espace est devenu un véritable instrument pour tisser le lien social de la sixième ville française.

Les multiples avantages du travail caritatif à Bellevue

La France a une tradition d'action sociale et de prévention du gaspillage alimentaire - en 2016, le pays est devenu le premier à interdire aux grands supermarchés de jeter ou de détruire de la nourriture. Au lieu de cela, ils ont été forcés d'en faire don - à des associations ou à des banques alimentaires.

En théorie, cela semble assez facile - il suffit de livrer les produits invendus approchant la date limite aux familles défavorisées. En pratique, cependant, cela demande beaucoup d'efforts, de nombreuses heures de bénévolat et une très bonne organisation.

Tout cela fonctionne bien dans le quartier de Bellevue à Nantes, où un marché alternatif permet de livrer chaque semaine des repas à des centaines de familles défavorisées. L'idée est née dans le contexte de la pandémie de coronavirus, lorsque de nombreuses familles se sont retrouvées dans une situation difficile, en raison du chômage ou maladie.

Tous les mardis, le centre socio-culturel de Bellevue mobilise une vingtaine de bénévoles et membres d'associations. Ils se rassemblent tôt le matin pour collecter et décharger les véhicules des invendus des supermarchés locaux et les préparer pour la distribution aux familles. Les produits - principalement des fruits et légumes, mais aussi des viennoiseries, des viandes sous vide et des laitages - peuvent ainsi être livrées l’après-midi même aux familles les plus pauvres de Bellevue.

Éric Pairel, directeur du centre socio-culturel de Bellevue, a expliqué comment l'initiative de l'association Comptoir des alouettes, soutenue par d'autres acteurs locaux, a pris de l'ampleur et de l'importance. Les familles cibles ont d'abord été approchées par les associations caritatives et les agents sociaux et leur nombre a rapidement augmenté. Six mois après sa création, l'équipe du Marché Alternative de Bellevue (MAB) approvisionne plus de 500 familles à raison de 180 colis par semaine.

Par ailleurs, Pairel, cité sur le site web de Nantes, exprime son appréciation pour la fonction de socialisation du marché : « On souhaite vraiment créer une dynamique de territoire en impliquant au maximum les habitants, mais aussi différentes institutions, services ou associations avec l'idée de créer du lien social. Dans cette logique, deux bénévoles du MAB appellent tous les lundis les familles bénéficiaires de colis pour les inviter à venir les aider le lendemain. Et ça fonctionne - 5 à 10 personnes nous rejoignent chaque semaine, ce qui nous permet de tourner un maximum. »

Enfin, l'un des premiers bénévoles a même réussi à obtenir un emploi aidé. Mais le MAB n'a pas l'intention de s'arrêter là : le marché cherche à impliquer d'autres acteurs dans les efforts de socialisation, comme les élèves des écoles primaires.

« On a actuellement le sentiment de recréer l'esprit village au sens noble du terme avec une mixité générationnelle, culturelle, et naturelle où des gens réapprennent à vivre ensemble, à se connaître, à partager. Les premières retombées sont très positives », a conclu Pairel.



TheMayor.EU est contre les fausses nouvelles et la désinformation. Si vous trouvez de tels textes et documents en ligne, contactez-nous à info@themayor.eu