image

Nice, France

La France envisage un couvre-feu avancé dans 20 départements, à partir de janvier

La France envisage un couvre-feu avancé dans 20 départements, à partir de janvier

La mesure doit encore être discutée avec les autorités locales

La France envisage l'introduction de mesures plus strictes contre le COVID-19 dans certaines parties de son territoire, ont rapporté les médias locaux. Cela a été précisé à la suite d'un Conseil de défense, composé de 18 ministres, le Premier ministre Jean Castex et le Président Emmanuel Macron, qui a eu lieu dans la soirée du 29 décembre. Si la mesure est approuvée, une vingtaine de départements pourraient voir un couvre-feu avancé à partir du 2 janvier 2021.

Il est encore trop tôt pour évaluer l'effet des vacances sur la pandémie

Selon Le Figaro, le président a reçu du Conseil scientifique des informations sur l'évolution de la pandémie, indiquant une éventuelle reprise incontrôlable de la pandémie et recommandant trois pistes d'action. La première option, qui semble avoir été rejetée par le gouvernement, est d'introduire immédiatement le confinement local; la seconde est d’attendre jusqu'en janvier pour que les chiffres deviennent plus clairs ou finalement d'attendre la confirmation d'un redémarrage de l’épidémie.

Le gouvernement s'en tient donc à la deuxième option et s'abstiendra d'introduire un troisième confinement, du moins pour le moment. Cependant, dans les régions les plus concernées, il est possible d’avancer le couvre-feu à 18h00 à partir du 2 janvier. Cela doit être discuté avec les autorités locales.

La liste des départements où une telle mesure pourrait être introduite dépendra des dernières données disponibles et ne sera donc pas précisée avant le 1er janvier. On sait cependant que les quatre régions les plus touchées actuellement par le rebond sont le Grand Est, la Bourgogne-Franche-Comté, l'Auvergne-Rhône-Alpes et les Alpes-Maritimes.

À l’approche de la Saint-Sylvestre, le gouvernement craint qu’un relâchement des comportements ne conduise à un rebond de l’épidémie encore plus fort que prévu. A cela s'ajoute une vague de froid, ce qui favorise encore la propagation du virus.

C'est probablement la raison pour laquelle le gouvernement s'abstient de prendre des mesures immédiates à ce stade. Le ministre de la Santé Olivier Véran aurait également dit que l'effet réel des fêtes de fin d'année sur la pandémie ne se fera sentir au moins qu'à la mi-janvier.

Newsletter

Back

Growing City

All

Smart City

All

Green City

All

Social City

All

New European Bauhaus

All

Interviews

All

Latest